"PERMACULTURE", c'est un thème qui a le vent en poupe! On le voit et on l'entend partout: du magazine spécialisé en jardinage, au magazine de l'été à emporter sur la plage, dans les programmes courts des chaines télés ou repris sans fin sur internet, difficile de passer à côté de nos jours. Et pourtant, pas toujours facile d'en avoir une définition claire, et tout le monde finit par s'en faire une idée propre, qui ne reflète pas toujours la réalité, ou alors la simplifie.

Tentons ici d'en donner une définition simple.

paniers de fruits recoltés dans un verger en permaculture

Commençons par le mot en lui même, permaculture. C'est ce qu'on appelle un mot-valise, créé dans les années 1970 et issue de la contraction de l'expression anglaise "permanent agriculture". C'est donc un mot qui sert à designer des méthodes agricoles censées être permanentes, c'est à dire pérennes, qui n'épuisent ni les sols ni la vie animale et végétale autour d'eux, pouvant se perpétrer de générations en générations sans perte de productivité.  Elle s'oppose donc aux méthodes de l'agriculture intensive dont la tendance est malheureusement d'appauvrir les sols, entrainant inéluctablement une perte de rendement année après année (pertes de rendement qui sont compensées temporairement par des apports d'engrais, par la mise sur le marché de variétés végétales offrant un meilleur rendement, par une augmentation des surfaces cultivées, par une mécanisation accrue, ...).

La permaculture, ça signifie donc juste ça: une agriculture qui dure dans le temps. Il n'y a rien d'autre caché derriére, aucun dogme, aucune pratique culturale, pas de "tables de la loi" censées définir comment la permaculture doit être mise en pratique concrètement. La permaculture est aussi variée que le nombre de jardins où elle est conduite. Et c'est peut être ça qui est perturbant dans un monde qui aujourd'hui cherche à tout normer. La permaculture menée en Australie sera différente de la permaculture pratiquée en Suède; seul l'objectif final reste le même: cultiver de façon pérenne.

En revanche, si la permaculture n'apporte pas avec elle son lot de méthodes de travail, son objectif de permanence en écarte de facto certaines: la monoculture est proscrite, car trop sensible aux attaques de prédateurs et parasites, les surfaces cultivées doivent rester à taille humaine pour éviter le recours à des engins mécanisés consommateurs d'énergie fossile, les apports d'engrais chimiques et pesticides déséquilibrant la vie du sol est un non-sens, cultiver des tomates en hiver dans des serres chauffées au pétrole ne peut être considéré comme durable, ...

Mais alors comment faire de la permaculture s'il n'y a pas de manuel d'utilisateur ? Et bien simplement en observant la nature, en la comprenant du mieux possible et en essayant de reproduire par notre travail les cycles et l'organisation naturelle de la vie. Car le monde sur lequel on vit est bien la chose la plus pérenne qui puisse exister pour un être humain (sans planète Terre, plus d'humanité), et ce monde fonctionne de façon parfaite depuis son origine, bien avant le développement de toute société humaine et de toute activité agricole. C'est en fait ça le seul dogme de la permaculture : "la nature qui nous entoure est un système parfait"

Elle fonctionne depuis la nuit des temps, en autonomie, sans création de déchet, sans autre perfusion énergitique que celle fournit par le soleil, elle est luxuriante et elle a réussi à s'adapter à tous les milieux en tirant parti des spécificités de chacun d'eux. Essayons donc de l'imiter et de travailler à ses côtés plutôt que de la considérer comme défaillante et de la contraindre à fonctionner suivant notre désir. Et c'est la grande difficulté de la permaculture, car cela requiert une connaissance appronfie du milieu où l'on souhaite la mettre en oeuvre, une connaissance du climat, des plantes et des animaux petits et gros qui la peuplent, des relations entre eux tous, des cohabitations, bénéfiques ou impossibles.

L'agriculture permacole c'est donc avant tout une agriculture de la connaissance, une agriculture de la réflexion, une agriculture qui évolue sans cesse, qui ne cesse de se réinventer, une agriculture de toute une vie, une agriculture trans-générationnelle.

Une des plus belles descriptions de la permaculture est à retrouver dans l'ouvrage "La révolution d'un seul brin de paille" écrit par le japonais Masanobu Fukuoka.

revolution d'un seul brin de paille - traité de permaculture

Dans ce petit traité d'une centaine de pages, vous ne trouverez aucune formule magique pour faire de la permaculture, le terme n'existait même pas lors de la première publication de ce livre, mais vous y découvrirez le cheminement mental, logique, philosophique qui a amené l'auteur à réinventer complétement les méthodes culturales pratiquées dans son pays, pour aboutir après des dizaines d'années d'efforts et d'observations minutieuses du fonctionnement de la nature, à une agriculture plus productive, plus saine, plus robuste, limitant autant que faire se peut le travail humain, en se calquant au mieux sur les cycles naturels des végétaux.

Pour conclure, on peut donc définir la permaculture comme suit :

"C'est une agriculture qui se veut pérenne dans le temps, en partant du postulat que la nature environnante est un système parfait"

Ensuite elle laisse les coudées franches à chaque permaculteur de la mettre en oeuvre comme bon lui semble. La première étape reste cependant l'observation du site et la compréhension des phénomèmes qui s'y déroulent. Après certaines méthodes ont maintenant fait leurs preuves, et peuvent être appliquées presque les yeux fermés, au moins dans l'Hexagone. Quantité de livres détaillent également la mise en oeuvre pratique de la permaculture, mais attention, nombre d'entre eux restent très vagues et pas toujours pertinents pour le cas particulier du lecteur.

Et rien de mieux que l'explication par l'exemple, on vous invite donc à nous rendre visite aux Jardins de Donzenac, et découvrir comment la permaculture s'y épanouit et nous permet de produire tisanes, aromates et agrumes de la plus belle des qualités.